Anne de LESELEUC invitée au Salon du livre d’Ile de France 2011

A 17 ans, munie de son Bac, Anne-Marie Briois, est reçue au concours d’entrée du Conservatoire National d’Art Dramatique.

 La même année elle est engagée par le théâtre Antoine  et devient la partenaire de Bernard Blier dans Le Petit Café.  Jean-Louis Barrault la remarque et l’engage pour la saison suivante. Désormais elle s’appellera Anne Carrère.

 Elle est de toutes les créations au théâtre Marigny, et de toutes les tournées internationales Hamlet, Occupe-toi d’Amélie, Malatesta de Montherlant, Christophe Colomb de Claudel, Le Procès de Kafka, Antigone dans l’Oedipe de Gide, Cléanthis dans l’Amphitryon de Molière, Hyacinthe dans Scapin, Lisette dans L’Epreuve de Marivaux.

 Elle quitte la compagnie pour créer la première pièce de Félicien Marceau, Catherina, au théâtre de l’Atelier, et enchaîne rôle sur rôle dans les grands théâtres privés : Capitaine Smith, à Montparnasse, Les petites têtes au théâtre Michel, Les justes de Camus à  l’OEuvre, joue une autre pièce de Félicien Marceau, La preuve par quatre, crée Le Minotaure de Marcel Aimé aux Bouffes Parisiens, Champagne et Whisky à la Renaissance. JeanLouis Barrault lui demande de réintégrer la Compagnie, Anne Carrère retrouve sa ‘famille’ à l’Odéon, elle joue dans la Trilogi e de Shakespeare, Les Paravents de Genet, La tentation de Saint-Antoine, mise en scÚne par Maurice Béjart et participe à l’inauguration du petit Odéon dans Le Silence et Le Mensonge de Nathalie Sarraute.
En 1967, sa vie prend une autre direction, elle épouse Alain de Leseleuc, le directeur du Théâtre de Paris. Elle prend avec son mari la direction du Grand et du Petit Théâtre de Paris et renonce à monter sur scène. S’enchaîne alors une série de succès : Le Retour et Le Gardien de Pinter, avec Claude Rich, Pierre Brasseur, Dufilho, La Perrichole avec Jane Rodhe et Le Poulain dans des décors de Carzou, Le concile de l’amour, dans des décors de Léonor Fini, Adrien VII, avec Claude Rich, Le locataire d’Osborn avec Madeleine Robinson.


Cette belle aventure est interrompue par une série de décès dans la famille de son mari. Alain de Leseleuc est
contraint de vendre les théâtres et de reprendre les affaires familiales à l’étranger. Anne de Leseleuc-Carrère doit cesser toute activité rémunérée en France. Ne pouvant se satisfaire d’une vie oisive elle reprend ses études, elle s’inscrit à la Sorbonne-Paris IV, en Histoire de l’Art et Archéologie et à l’Ecole du Louvre.
Elle passe tous ses examens avec mentions, Licence, Maîtrise, DEA, soutient son diplôme supérieur de l’Ecole du Louvre en 1979, son doctorat en Histoire et Civilisations de l’Antiquité à la Sorbonne en 1983. Munie de ces diplômes Anne de Leseleuc sera chargée de mission au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain en Laye avant d’être nommée à l’Action Artistique du ministère des Affaires étrangères.
La rédaction de sa thèse qui a été publiée aux Editions Trimegiste lui a donné le goût de la recherche et de l’écriture. Son premier roman historique, Le Douzième vautour est publié au Seuil et couronné par l’Académie Française. Suivront d’autres romans historiques qui auront pour cadre l’Antiquité romaine. Chaque livre est le fruit d’une enquête minutieuse auprès des écrivains contemporains des faits et de résultats de fouilles archéologiques. Anne de Leseleuc s’est passionnée à faire revivre des personnages qui ont véritablement existé et qui sont tombés dans l’oubli : Eponine, l’âme de la révolte Lingone contre l’autorité romaine au 1er siècle de notre ère (Seuil), l’avocat gaulois Marcus Aper, dans la collection ‘Grands détectives’, chez 10/18.


Depuis quelques années ce sont les périodes les plus obscures, les plus méconnues de l’Antiquité et piqué la curiosité d’Anne de Leseleuc, celles que l’on appelle pour s’en débarrasser : ‘Barbares et Décadentes’. Elle a tenté de reconstituer à l’aide des auteurs grecs et de l’archéologie, l’histoire de la Gaule indépendante et de ses chefs, de l’arrivée des Celtes dans l’hexagone à la conquête de César : Vercingétorix et l’épopée des rois gaulois (L’Archipel). Puis l’histoire de cette famille de chefs gaulois qui au IIIe siècle de notre ère s’est séparée de Rome pour rendre la liberté aux Gaules : Le secret de Victorina (L’Archipel). (Voir sa bibliographie page suivante.)
Dans « Le Clan des Illyriens » (Sagittaire) l’auteur abandonne la forme romanesque, et se concentre sur plus de dialogues, plus d’appel à l’imagination pour combler les vides, seuls les faits authentiques sont narrés dans une langue simple, vive et alerte pour croquer l’histoire de la tétrarchie au IVe siècle où les crises de société, de religion se bousculent en incessants coups de théâtre, où de toute évidence la réalité dépasse la fiction. Loin d’évoquer la lente et passive décomposition en décadence, les coups de buttoir portés à la tradition ancestrale ouvrent des brèches qui débouchent sur un monde nouveau.


De la carrière de comédienne d’Anne Carrère, il ne reste rien de son activité principale, ‘le théâtre’ en dehors de photos de scène, d’affiches, de critiques, de publications dans L’Avant Scène. Elle a en revanche tourné dans de nombreuses dramatiques en direct, à la télévision : Georges Dandin, Les Nouveaux du 6eme étage, Mme Maxence a disparu. Elle a été présentatrice de l’émission en direct ‘Paris-Club’ et a joué de nombreux rôles dans ‘Au théâtre ce soir’ : Le Bourgeois gentilhomme, J’ai 17 ans, La nuit du 9 mars, qu’elle avait joué avec Jean Servais et Roger Hanin au théâtre des Ambassadeurs, Adorable Julia, qu’elle avait joué avec Madeleine Robinson à Marigny, ‘Maître Bolbec et son mari’
Au cinéma, étant prise tous les soirs au théâtre, elle n’a pu tourner que dans les films en studio ou en région parisienne : Si Versailles m’était conté et Napoléon de Sacha Guitry, OSS n’est pas mort, Les Carottes sont cuites, Touchez pas aux blondes, Cadet Roussel, Ces Messieurs de la famille et Ces Messieurs de la gâchette, où elle était la femme de Serrault, la soeur de Poiret dans l’entourage joyeux de Francis Blanche, Michel Galabru, Dary Cawl et Jean Yann.
Pour nourrir son imaginaire Anne de Leseleuc intervient depuis 15 ans dans tous les sites Gréco-romains du monde et en a ramené des milliers de photos.

Présente au Salon du livre d’Ile de France les 10 et 11 décembre prochains à Mennecy, avec les éditions du Sagittaire, Anne de Liseleuc dédicacera plusieurs de ses ouvrages et notamment « Commios, roi des Atrébates », « Le clan des Illyriens » et « Tétricus ».

Ce contenu a été publié dans Auteurs 2011, Auteurs du Salon, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *