Concours d’écriture : Les plus beaux contes de CM1 et de CM2

Organisé par la Commission littéraire municipale en charge du Festival du livre, et avec la participation des enseignants, un concours d’écriture a permis aux élèves de CM1 et de CM2 des écoles de Mennecy de révéler leurs talents d’écrivains en herbe.

Plus de 300 enfants, répartis en équipes,  ont donc laissé libre cours à leurs imaginations et inventé la suite d’un conte dont le début, commun à tous, a été proposé par M. Roumegoux, enseignant à l’école de la Verville.

Les 3 meilleures équipes de chaque classe – soit 112 élèves –  ont été récompensées par des médailles et des places de cinéma.

Le jury municipal a ensuite désigné la meilleure copie de tous les CM1 et la meilleure copie de tous les CM2,  récompensées par un bon d’achat de 120€ pour chaque équipe.

Lauréates des classes de CM1 : Lucie Azouza, Roxane Henry et Ombeline Tirel,  classe CM1 B de M. Ridoux, à l’école de la Verville pour « Granita »

GRANITA

Il était une fois un jeune prince qui eut envie de découvrir d’autres contrées. Il partit accompagné de son serviteur et d’un mulet. Alors qu’ils marchaient  depuis de longues heures, ils arrivèrent dans une grande et sombre forêt. Comme le soir tombait, ils se demandèrent où trouver un abri pour passer la nuit.

Mais voici que sur le chemin, ils apperçurent une jeune paysanne marchant vers une chaumière. Quand ils furent auprès d’elle le prince lui demanda s’il pouvait trouver refuge dans cette chaumière. Elle lui répondit qu’elle vivait là avec sa belle-mère. Mais elle lui conseilla de passer son chemin, car sa belle-mère était un peu sorcière. Elle s’appelait Jeanne et fut impressionnée par le prince Albert qui était beau dans son pantalon bleu, ses bottines noires et son pourpoint doré. Il était grand et mince. Il avait les cheveux bruns et lisses, des yeux bleus et un sourire magnifique. Il était intelligent et toutes les princesses devaient être amoureuses de lui.

Le prince Albert et son serviteur se dirent qu’ils devaient écouter la paysanne. Ils décidèrent d’établir leur campement un peu plus loin, à l’écart dans la forêt.

Au début de la nuit, Albert entendit du bruit et secoua son serviteur. Le serviteur grogna : « Quoi?! Vous êtes obligé de me réveiller. Le prince_J’ai entendu du bruit, cela doit être la sorcière. Le serviteur_Elle ne peut rien, nous ne sommes pas chez elle. Ce n’est pas grave, elle ne peut pas nous manger. »

Le prince se dit qu’il avait du entendre une feuille craquer sous les pattes d’un animal. Il resta quand même sur ses gardes.

Pendant ce temps, dans la chaumière, la sorcière Granita s’activait. Elle avait des yeux noirs remplis de méchanceté. Son nez était tordu. Sonvisage était inondé de boutons et sa grande bouche était pleine de dents pourries. Ses oreilles étaient pointues et trouées. Elle rugit :  » Ah, ah, ah! Qu’ils sont nigauds ces deux-la de dormir près de chez moi. Je vais leur préparer ma spécialité maléfique et les dévorer. Préparons le feu, de l’eau, mes poudres et mon chaudron. »

Dans la forêt, le prince n’arrêtait pas de gigoter dans tous les sens et énervait son serviteur qui ne pensait qu’à ronfler. Finalement, il s’endormit. Au même moment, Jeanne, réveillée par le bruit du chaudron, dit à sa belle-mère : « Qu’est-que tu fabriques Granita, si tard en plus ? La sorcière_Rien, rien, va te coucher. Jeanne_D’accord, mais arrête. Tu as compris. C’est l’heure de nous coucher. La sorcière_Oui, d’accord, laisse-moi tranquille. Jeanne_Bonne nuit. La sorcière s’écria_ Ah je vais pouvoir enfin les manger. Jeanne_Ah ! je savais bien que tu concoctais quelque chose. La sorcière_Il y a bien longtemps que je n’ai pas mangé de viande. Eux ils sont parfaits pour finir en bopn pâté. Jeanne_Mais c’est horrible et dégoûtant. La sorcière_Non, tu ne connais rien, c’est si savoureux. Jeanne_Mais eux, ils sont gentils, c’est injuste. La sorcière_Va te recoucher, je m’occupe de tout. Tu n’es qu’une pauvre fille que j’ai recueillie et élevée pour que tu me serves, tu ne peux me comprendre. Ah, je vais me régaler. »

Jeanne jugea prudent de se recoucher car elle connaissait le pouvoir de sa belle-mère. Néanmoins, elle observa ce qui se passait. Granita jeta un sort redoutable au prince et à son valet. Pour le réussir, elle utiliosa des yeux de crocodile, des pattes de cheval et des bulles grises de peau d’éléphant. Nos deux ballots se levèrent, quittèrent leur camp et se précipitèrent vers la chaumière malfaisante. Ils y entrèrent et restèrent immobiles.

Granita touillait avec un énorme bâton son chaudron et s’esclama très poliment: « C’est l’heure d’un bon bain chaud, Monseigneur. Enlevez vos vêtements et dîtes à votre serviteur de retirer ses habits aussi. »

Aussitôt, ils se déshabillèrent très vite. Jeanne intervint et hurla : « Je ne suis pas du tout d’accord. Tu vas voir, affreuse sorcière. Pour toi aussi, c’est l’heure de te laver. »

Elle bondit par derrière sur Granita et la poussa la tête la première dans le liquide brûlant. Granita y fondit d’un seul coup et s’y mélangea en poussant un cri horrible. Sa mort ne résolut pas tout et le sort évolua.

A cause du sortilège jeté par Granita, Albertr bien que sauvé, était transformé en femme. Il portait une robe rose avec un foulard orange sur les épaules et avait des bottines violettes aux pieds. Quand à son serviteur, il brayait comme une anesse qu’il était devenu.

Heureusement, Jeanne eut l’idée de regarder dans le grimoire de sa belle-mère et essaya quelques formules magiques. Elle arriva à inverser le sortpour que le prince redevienne un homme. Malheureusement, elle n’y arriva pas pour le serviteur qui resta une belle ânesse pour toujours.

Le prince avait retrouvé tous ses esprits. Alors, il tomba amoureux de celle qui l’avait sauvé car il était très fier de son intelligence et de son courage. Pour la remercier, il lui demanda de l’épouser. Jeanne était heureuse de pouvoir l’appeler chéri et d’être celle qu’il avait choisie. Ils se mirent en route vers le royaume.

A leur retour, une fête grandiose avec un festin gigantesque eut lieu. On maria le serviteur ânesse au mulet.

Deux mois plus tard, Jeanne et son fiancé Albert se marièrent. Puis ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

FIN 

 

Lauréates des classes de CM2 : Elisa, Lucie et Samantha,  classe CM2 B de Mme Plug, à l’école de la Jeannotte pour « Le mulet qui devint un beau sorcier »

Le mulet qui devint un beau sorcier

Il était une fois un jeune prince qui eut envie de découvrir d’autres contrées. Il partit accompagné de son serviteur et d’un mulet. Alors qu’ils marchaient  depuis de longues heures, ils arrivèrent dans une grande et sombre forêt. Comme le soir tombait, ils se demandèrent où trouver un abri pour passer la nuit.

Mais voici que sur le chemin, ils apperçurent une jeune paysanne marchant vers une chaumière. Quand ils furent auprès d’elle le prince lui demanda s’il pouvait trouver refuge dans cette chaumière. Elle lui répondit qu’elle vivait là avec sa belle-mère. Mais elle lui conseilla de passer son chemin, car sa belle-mère était un peu sorcière.  

Le prince, aveuglé par le froid, lui dit que ce n’était point grave. Alors la paysanne les conduisit à la chaumière. Dès qu’elle fut proche, le mulet se mit à brailler comme s’il avait senti un danger.

La sorcière sortit et demanda à sa belle-fille ce qui se passait. La jeune fille lui expliqua qu’elles avaient de la visite. Mais la sorcière, au lieu de bien recevoir ses invités, marmonna entre ses lèvres une formule magique qui eut de curieux effets : le prince fut transformé en éléphant de mer et la paysanne en mandrill.

La-dessus, la sorcière les enferma dans une tour dont la porte ne s’ouvrait qu’avec une clé magique. Sans s’en rendre compte, elle laissa tomber la précieuse clé que le serviteur ramassa.

Il put ainsi délivrer son maître et la jeune fille, qui retrouvèrent par la même occasion leur apparence normale. Le mulet, qui était connu pour sa gourmandise, attrapa la clé des mains du serviteur…et la goba toute crue! C’est alors qu’il fut métamorphosé et devint le plus beau des sorciers…

La sorcière, qui s’était apperçue de la disparition de ses prisonniers, décida de consulterson miroir magique. Dès qu’elle vit le magnifique sorcierqui les accompagnait, elle partit à leur poursuite.

Comme de bien entendu, le prince épousa la jeune fille. La sorcière, devenue gentille, épousa son séduisant sorcier.

Quant au serviteur, nul ne sait ce qu’il est devenu!

FIN 

Ce contenu a été publié dans Info salon du livre, Info salon du livre 2010. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *