Cyriac GUILLARD au Salon du livre d’Ile de France 2011

 Cyriac Guillard est né en 1970 dans les Côtes d’Armor.

 Fils d’agents d’assurances, il se dirige naturellement vers des études de commerce.  

Mais en 1991, il réussit le concours d’entrée de la police nationale et il intégrera l’école de police l’année suivante ;  puis obtient un poste dans la police parisienne sur le deuxième district.
Après une carrière de dix années passées à traquer les criminels lors de rondes de nuit dans les quartiers chauds de la capitale, Cyriac Guillard connaît bien le milieu. Ses livres sont d’ailleurs émaillés d’anecdotes vécues.
En 2001, il démissionne de la police nationale pour exercer le metier de commercial. Durant cette période, il écrira plusieurs nouvelles policières non publiées. « Les Mains du plaisir » sera son premier recueil.
Aujourd’hui, il exerce le métier moins agité de commercial, et s’adonne à la lecture et à l’écriture dès qu’il a un instant de loisirs. « J’ai toujours aimé la littérature policière, confie-t-il. Je lis beaucoup et j’adore écrire. C’est sans doute un gène transmis par ma mère, artiste peintre. »

Présent au Salon du livre d’Ile de France à Mennecy les 10 et 11 décembre, il dédicacera ses deux derniers romans : « Les lendemains ne chantent pas toujours » et « Sombre miroir de l’âme ».

Retrouvez-le sur son blog : www.cyriacguillard.canalblog.com

LES LENDEMAINS NE CHANTENT PAS TOUJOURS

Décembre 2001.

 Sam Lesniak, en poste à la 2ème DPJ à Paris, s’apprête à interpeller l’homme le plus recherché du moment.

 Tout a été minutieusement préparé avec de nombreuses planques et de longues filatures pour que cela se passe sans le moindre accroc. Une interpellation qui va lepropulser encore plus haut dans sa déjà bonne carrière. Mais tout bascule !

 Huit ans plus tard, Sam Lesniak est devenu détective privé dans le quartier de Pigalle. Un endroit qu’il connaît très bien car beaucoup de ses éclatspoliciers s’y sont déroulés.

Mais c’était avant ! Avant que son quotidien ne soit plus rythmé que par les adultères de ses contemporains.

Alors qu’il se perdait dans sa routine quotidienne, la disparition d’une adolescente, filleule de son meilleur ami, ainsi que la renaissance d’une ancienne affaire policière qu’il a tant essayé d’oublier vont lui faire comprendre que « les lendemains ne chantent pas toujours ».

Ce contenu a été publié dans Auteurs 2011, Auteurs du Salon, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *