Henri Girard « déteste le tapioca »!

Drôle d’oiseau que cet auteur, chaleureux, à la verve « Fallesque », pudique et extravagant tout à la fois! 

 

Henri Girard

 Il déteste le tapioca, adore le pot-au-feu, surtout accompagné d’énormes cornichons. Il fume après avoir fait du sport se soule parfois (et en est bien malade!). Il est friand de la lecture de L’Equipe et de La recherche du temps perdu de Marcel Proust. Il aime les mélodies romantiques et les chansons de carabins.

Il avoue avoir pour références littéraires Rabelais et Céline, Fallet et Blondin, Dard et Proust entre autres, et non des moindres!

 Et bien d’autres choses encore, qu’il révèle avec talent et humour, sur son site http://www.auteur-roman-nouvelles.com.

Henri Girard a commencé sa nouvelle vie d’auteur sur le tard, comme on dit. « Ex-déhérache » dans une grande entreprise (repenti), ancien futur comédien (repentant), il fut aussi recenseur de cimetières…

Mais c’est en arpenteur de sentiments qu’il écrit des romans, par amour pour ses personnages, pour les remercier en quelque sorte du bien qu’ils lui font. Tant mieux, profitons-en!

Il s’est placé Sous l’aile du concombre  en 2003, a regardé  Droit devant toi  en 2008, avant de nous offrir en 2006 un joyeux et truculent  Jubilé , publiés aux éditions L’Arganier.

Et fin 2011, Henri Girard a frappé un grand coup en publiant aux éditions In Octavo, la désormais célèbre Arlésienne de Tidbinbilla.

Un recueil de nouvelles, regroupées sous le vocable L’équilibre, devrait paraître prochainement.

Henri Girard, amoureux de la langue française, manie les mots et cisèle les phrases avec bonheur, et chacune de ses histoires est un enchantement pour le lecteur.

Ce contenu a été publié dans Auteurs 2013, Auteurs du Salon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *