Jean-François ZIMMERMANN au 3ème salon du livre d’Ile de France à Mennecy

« Je me nomme Jean-François Zimmermann, je suis né à Paris le 8 août 1946.
Après des études secondaires écourtées en 1963 par la brutale disparition de mon géniteur, je travaille en tant que pigiste dans une agence parisienne de documentation de presse. Mes obligations militaires accomplies, je me marie à Rennes et intègre l’équipe commerciale d’une entreprise de vins et spiritueux.
Beaucoup plus attiré par les lettres que par le commercial, je mène en parallèle et en dilettante une seconde activité plus conforme à mes espérances en collaborant avec plusieurs revues ainsi qu’avec le quotidien Ouest-France dont je deviens correspondant de presse. 
 Je voyage beaucoup et nourris ainsi mon imaginaire.
 Nouvelliste, je participe à différents concours dont je suis souvent l’heureux lauréat.
 En 2005, je décide de consacrer l’essentiel de mon temps à l’écriture et passe alors du texte court au roman.
 Passionné d’Histoire, mon univers de fiction rejoint celle-ci pour tricoter des intrigues dont la première se situe au Moyen-Age et les suivantes sous l’Ancien Régime. 
 Je vis désormais dans le Nord de la France. »

Jean-François Zimmermann, justement récompensé par le grand prix du roman 2011 des écrivains bretons pour L’apothicaire de la rue de grenelle, sera de nouveau présent au salon du livre d’Ile de France, les 8 et 9 décembre prochains à Mennecy et il présentera son nouveau roman, à paraître dans l’année.

LE LIVRE : L’apothicaire de la rue de grenelle

 Nous sommes à Paris, au XVIIème siècle, quelques années avant la révocation de l’Edit de Nantes.

Alexandre Lasalle, médecin et apothicaire, est sans illusion sur l’efficacité de la médecine enseignée par la Faculté : « le bon remède est celui qui ne cause aucun tort au malade », dit-il.  Son humanisme  l’amènera à pratiquer l’alchimie – cet art qui commerce avec le diable – pour découvrir l’or potable, le remède universel. Il entraînera ses proches dans cette quête illusoire. Son appartenance à la Religion Réformée bouleversera sa vie. Il sera mêlé à des intrigues menaçant la sécurité du royaume et connaîtra les geôles de la Bastille. Martin, son fils, bouillant et intrépide duelliste, sera injustement condamné aux galères, où il fera l’apprentissage de la violence. Il ne survivra que pour satisfaire à son appétit de vengeance.

Sur le canevas de ce Paris cruel et inquiétant, aux rues grouillantes où se croisent misère et opulence, et que l’auteur fait revivre d’une plume colorée,  se tisse le destin de cette attachante famille, marqué par l’amour et la haine.

Ce contenu a été publié dans Auteurs 2012, Auteurs du Salon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *