Lectures d’été : « Fin de pistes » d’Emmanuel PIERRAT

Ils sont quatre.

 René, qui nous parle de  » sa  » guerre d’Algérie, de la Françafrique, de son amour pour cette terre qu’il a pillée avant de s’y ancrer.

 La sublime Makéda, juive éthiopienne, avocate, revenue d’une terre si peu promise afin de suivre les traces de Mandela.

 Albéric, fils d’un diplomate belge, devenu artificier installé à Zanzibar, pour illuminer le ciel des nantis et des damnés des Tropiques.

Codjo, qui a renié ses origines vaudou et s’est engagé dans la lutte marxiste avant de finir trafiquant d’art tribal.

Tous fuient le coup d’Etat sanglant qui vient de secouer la Namibie. Ils se retrouvent en fin de piste, à la frontière angolaise. Le compte à rebours de leur exil a commencé. Le temps d’une nuit, ils vont se raconter, faisant tomber les masques et les faux-semblants. Souvenirs après souvenirs, dates après dates, c’est l’histoire du continent noir qu’ils retracent.

Avec « Fin de pistes », Emmanuel Pierrat nous restitue une Afrique à la fois noble et déchirée.

C’est un roman captivant, écrit d’une plume alerte par un auteur au mieux de sa forme.

A lire ou à relire car ce livre, paru en 2006 aux éditions Léo Scheer, n’a pas pris une ride.

Ce contenu a été publié dans Actu. littéraire, Info salon du livre, Info salon du livre 2011. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *