Lectures d’été : « Marie d’Agoult » par Ariane CHARTON

Dans un style aussi fluide que celui d’un roman, l’auteur mêle récit et extraits de correspondance pour nous proposer ce très beau portrait  de femme et nous faire découvrir autrement la carrière et l’œuvre de Franz Liszt dont on célèbre en 2011 le bicentenaire de la naissance.

« Je voudrais que ce grand amour […] fût respecté et honoré après ma mort. »

Ainsi parlait Marie d’Agoult plus de dix ans après sa rupture orageuse avec Franz Liszt.

  De cette passion qui avait tenu une telle place dans sa vie, elle ne voulait garder que le meilleur, sans regret.  Et pourtant, comme avec George Sand et Alfred de Musset,  on ne retient souvent des liens entre la comtesse et le musicien que l’aspect dramatique  dont Marie ne sort généralement pas grandie. Bon nombre de biographes de Liszt en effet se montrent bien sévères avec elle en l’accusant d’avoir surtout empoisonné l’existence du compositeur.

Il faut dire aussi que le caractère instable, ambivalent et compliqué  de Marie d’Agoult rend son histoire et sa personnalité d’autant plus fascinantes et troublantes.  Au mépris des convenances, elle quitta mari et enfant pour Franz Liszt, alors jeune virtuose de 24 ans.  Cette aristocrate a osé défier la société dans laquelle elle était née pour vivre  sa grande histoire. Mais c’était aussi un être fragile, dépressif,  plein de doutes et de contradictions face à un artiste puissant et un homme à la fois sensible et égoïste. En se penchant sur son parcours, en lisant ses Mémoires, ses textes intimes  et ses lettres, elle apparaît tantôt bouleversante et attachante,  tantôt froide et orgueilleuse. « Six pouces de neige sur vingt pieds de lave », se résumait-elle avec justesse. Toute la complexité de Marie d’Agoult s’exprime dans sa passion intellectuelle et sensuelle  avec Liszt dont on peut suivre les méandres grâce à leur correspondance.  Plus largement, ce vaste échange de lettres reflète bien les malentendus  et les complicités qui sont le lot de toutes les histoires d’amour. 

 Plus de deux siècles plus tard, Marie d’Agoult et Liszt  parlent encore aux amoureux d’aujourd’hui qui se reconnaîtront  dans certaines de leurs réactions et de leurs sentiments.

 

Ce contenu a été publié dans Actu. littéraire, Info salon du livre, Info salon du livre 2011. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *