Mennecy, capitale de la porcelaine tendre.

Est paru cette semaine, dans le supplément « Obs de Paris » du Nouvel Observateur, un intéressant article signé Bernard Géniès, sur les porcelaines de Mennecy.

L’art n’ayant pas de frontières, il nous est plaisant de rappeller ici que Mennecy fut un haut lieu de la fabrication de la porcelaine tendre, à l’époque des ducs de Villeroy, et que certaines de ses productions, d’une valeur inestimable, appartiennent aujourd’hui aux collections les plus prestigieuses de la planète.

« A une vingtaine de kilomètres au sud de Paris, dans la vallée de l’Essonne, se trouve la petite ville de Mennecy. Au XVIII ème siècle, un porcelainier de Paris François Barbin, vint s’installer avec sa famille dans ce gros bourg afin d’y créer un atelier. La fabrique fonctionnera plus d’une vingtaine d’années, produisant plusieurs centaines de pièces de porcelaine tendre – ainsi nommée car faite à partir d’argile blanche, sa couverte pouvait se rayer au couteau.                                                                                                                                                                                 Parmi les petits chefs-d’oeuvres créés par la famille Barbin on trouve notamment la série des Cris de Paris.    Objets rarissimes, certains appartiennent aux collections de musées prestigieux comme le Vendeur de légumes, au Getty Museum de Malibu, et le Vendeur de rue, conservé au Metropolitan Museum de New York.                                                         Une vente est organisée à Paris le 7 novembre prochain par Christie’s ; parmi les pièces proposées on trouve deux statuettes de porcelaine blanche de Mennecy, paire estimée entre 40 000€ et 60 000€.                                                                                                  Fragiles créations, elles témoignent d’un remarquable savoir-faire, capable à l’époque de rivaliser avec celui des manufactures allemandes… »

Ce contenu a été publié dans Info salon du livre, Info salon du livre 2012. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *