Nicolas GRONDIN, au Salon du livre d’Ile de France 2011

« Je vis de ma plume… essentiellement en la prêtant aux autres, à des degrés divers. Ce qui est passionnant : chaque nouveau livre est un nouvel univers. Quant à mon métier d’éditeur, je pense le pratiquer avec autant de passion que de pragmatisme, et surtout entouré d’amis qui m’aident à découvrir et promouvoir des auteurs nouveaux, des textes oubliés…Autodidacte, je viens du polar et des littératures dites « populaires », ou de genre. J’ai d’abord beaucoup aimé qu’on me raconte des histoires… avant d’en venir à l’histoire elle-même ! Ce n’est que tardivement que j’ai osé aborder les grands textes romanesques français et étrangers. Je reste un « raconteur », mais je tente d’y mettre du style. »

Avec « L’énigme de la Diane » (Edition « Les nouveaux auteurs ») Nicolas GRONDIN fait une entrée fracassante en littérature et vient d’être distingué par le Prix Livre et Mer – Henri-Queffelec – Concarneau 2011.

Il présentera et dédicacera cet ouvrage au Salon du livre d’Ile de France 2011 à Mennecy.

 

L’énigme de la Diane

« Tout à mes sombres pensées, je pris soudain la mesure, face à moi, d’un mur gris-bleu, rugissant et hérissé d’embruns, qui venait à ma rencontre. Avant même que je ne comprisse ce qu’il se passait, alors que je prenais une inspiration pour hurler ma terreur, je fus tout entier au milieu d’une eau glacée qui m’emplit jusqu’aux poumons faisant peser sur chacun de mes membres une force de colosse, irrépressible, qui m’entraînait vers l’abîme. Mes pieds furent balayés du solide pont qui les soutenait et je cherchais désespérément à lutter contre cet enfer liquide, mais le merlin qui tenait lieu de ceinture à mes grègues était pris dans un étau qui me clouait. Je heurtais avec violence quelque chose qui était devant moi, sans plus savoir où se trouvait le bas et le haut. La lame passa comme elle était venue, dévalant bruyamment par les dalots et me laissant échoué la face contre les bordages du gaillard, toussant l’eau que j’avais avalée.
Un bain digne de Jean Le Baptiste, garçon. »

Ce contenu a été publié dans Auteurs 2011, Auteurs du Salon, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Nicolas GRONDIN, au Salon du livre d’Ile de France 2011

  1. colette claverie dit :

    Passionnante lecture que l’énigme de la Diane, un vrai moment de plaisir dans une « fiction  » historique remarquablement documentée par son auteur, en attendant la suite avec gourmandise….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *