Notes de lecture : « CELINE, même pas mort ! » de Christophe MALAVOY.

Est-il possible d’évoquer Louis-Ferdinand Céline sans faire jaillir toutes les passions désordonnées liées à la controverse des écrits de cet auteur hors du commun, qui aura marqué, quoiqu’il advienne et qu’on le veuille ou non, la littérature du XXe siècle ?
 
Cinquante ans après sa mort, Louis-Ferdinand Céline divise toujours et crée la discorde. Provocateur infatigable, poète indésirable et cependant illuminé, homme libre et accusé
de l’être, que dirait aujourd’hui Céline dans notre société moderne, standardisée, mondialisée, où règne en maître l’individualisme, le mensonge, l’intérêt et le profit ?
 
Écrit sur le principe platonicien du dialogue, Céline, même pas mort ! fait revivre l’auteur du Voyage au bout de la nuit et tente de faire entendre la modernité autant que les contradictions d’un homme qui fut toujours seul, conscient dès la tragédie de la Guerre de 14 – il avait alors tout juste vingt ans – d’être sous l’immense empire de la mort.
 
Céline, même pas mort ! ne plaira pas à tout le monde. Mais n’est-ce pas au fond, ce qu’on
peut lui souhaiter de mieux ?
 
Acteur de télévision, de théatre et de cinéma, metteur en scène, déja auteur de plusieurs romans , Christophe MALAVOY, signe ici aux éditions Balland, une biographie des plus originale sur le très controversé Docteur Destouches.
 
 
Ce contenu a été publié dans Actu. littéraire, Info salon du livre, Info salon du livre 2011. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Notes de lecture : « CELINE, même pas mort ! » de Christophe MALAVOY.

  1. La lecture de ce livre m’a passionné, mais la présentation m’étonne encore :

    En couverture on voit le nom et la photo de l’auteur et le nom de l’éditeur mais à l’intérieur l’étrange mention suivante : « Ouvrage dirigé par Gilles Boulay-Franchitti », suivie des coordonnées de l’éditeur « Jean-Claude Gawsewitch Editeur, 2011 » (le nom est à nouveau cité en page 279).

    Jusqu’à plus ample informé j’appelle ça un « mic-mac »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *