Solange TELLIER au Salon du livre d’Ile de France 2011

Solange Tellier est née à Niort (79). Elle vit aujourd’hui en Charente où elle est professeur des écoles. Parallèlement à son métier, elle rédige régulièrement des articles pour deux quotidiens de la Presse Quotidienne Régionale en tant que correspondante de presse.

 Au hasard de concours de poésies, elle voit plusieurs de ses œuvres primées et se décide à affirmer son écriture sous une forme plus littéraire, poétique et personnelle et elle a publié un recueil de poésies en 2008.

Solange Tellier sera présente au Salon du livre d’Ile de France les 10 et 11 décembre prochains et elle y dédicacera son premier roman, « Si le Theil me racontait… »

Retrouvez la sur son blog : www.siletheilmeracontait.wordpress.com

SI LE THEIL ME RACONTAIT…

Bien des civilisations primitives ont donné à l’arbre une place prépondérante dans leur vie religieuse ou sociétale. Aujourd’hui encore, des peuples évoluant en harmonie avec la nature soutiennent l’idée que les arbres possèdent une âme qui leur permettrait de transmettre aux hommes attentifs et réceptifs une énergie bienfaisante. Notre société matérialiste nous a fait oublier cela. Pourtant, qui de nous n’a jamais ressenti cette impression troublante de paix intérieure retrouvée à fréquenter ces êtres de bois et de feuilles ? Les arbres seraient-il aussi de la même manière que nous, humains, doués d’intelligence et de cœur ? Arbre sacré dans l’Antiquité, et bien plus tard, Arbre de la Révolution, le tilleul (theil en vieux français) est un modèle de beauté et de douceur. Le theil de l’histoire habite un village qui porte son nom. Les hommes ont oublié d’où il venait. Lui il se souvient. Sa mémoire s’est inscrite au fil des années dans les cercles de sa vie et quand le souffle du vent agite au printemps ses feuilles tendres, ce sont des murmures d’âmes qui se réveillent et emplissent l’air de leurs confidences secrètes. Depuis plus de cent ans, il veille sur la maisonnette aux volets verts. Un jour, une jeune fille arrive. Les fils se dénouent, des liens invisibles se dévoilent et se tissent, faisant fi de l’espace et du temps. En recueillant les témoignages de personnes qui ont vécu près de lui, l’auteure a eu l’idée de rendre hommage au vénérable centenaire à travers un conte poétique où le réel se mêle à l’imaginaire. Si le Theil me racontait… : un récit pour rêver, pour s’évader, à lire… à l’ombre d’un tilleul.

Ce contenu a été publié dans Auteurs 2011, Auteurs du Salon, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *